LES RENDEZ-VOUS DE WEIMAR AVEC L’HISTOIRE
OPÉRATION SÉDUCTION. INUTILE DE RÉSISTER ?
26-28 OCTOBRE 2018

conférences – films – tables rondes – ateliers – exposition – concerts

Le serpent du paradis, l’éclat de l’or, la vie éternelle, les mets raffinés, la beauté du corps, sans oublier la puissance des idées et des pensées peuvent séduire les hommes. Ils ont le pouvoir de briser notre volonté et de nous orienter dans une nouvelle, parfois dans une mauvaise direction. Résister n’est pas chose aisée et demande des efforts. Cette tension entre tentative de séduction et tentative de résistance traverse l’histoire humaine tel un fil rouge. Et ce sera le thème des 10e RV de Weimar avec l’histoire « Opération séduction. Inutile de résister ? », un thème plus actuel que jamais. Nombreux sont ceux qui déplorent aujourd’hui la puissance séductrice de nouveaux courants politiques situés à l’extrême-droite de l’échiquier politique, ou des nouveaux médias ou de l’offre toujours plus abondante de la société de consommation. Que pouvons-nous opposer à ces (nouveaux) séducteurs ? Une fois de plus, cela vaut la peine de se tourner vers l’histoire pour chercher des réponses.

« Opération séduction. Inutile de résister ? » C’est sous ce titre qu’est organisée, du 26 au 28 octobre, l’édition 2018 des RV de Weimar avec l’histoire. Comme d’habitude, le thème sera étudié dans ses dimensions historiques afin d’interroger la séduction en tant que phénomène propre. Qu’est-ce qu’il recouvre ? Sont-ce uniquement les plaisirs sensuels et culinaires qui nous enivrent et nous font dévier de nos bonnes résolutions ou brisent même notre volonté ? Au plan historique comme au plan individuel, l’homme cherche toujours à atteindre quelque chose qui le dépasse, à aller plus loin et n’est que rarement satisfait de la situation donnée. Salut (de l’âme), confort matériel, reconnaissance, identité personnelle ou collective, émotion esthétique, santé ou savoir et vérité, ce ne sont là que quelques-unes des notions qui viennent à l’esprit lorsqu’on se penche sur nos besoins culturels complexes. Plus grande est la frustration lorsque ces besoins restent inassouvis, plus grand est le risque de se laisser tenter, séduire par toute sorte de sirènes. Nous sommes tout d’un coup attirés par de nouvelles opinions, idées (politiques) et conceptions. Nous modifions nos habitudes de consommation, mettons une fin à des relations ou bouleversons même des manières de penser et d’agir que, jusqu’alors, nous tenions pour justes. Beaucoup pensent ici tout de suite à la force des idéologies qui, orchestrées par une puissante propagande, ont pu, sous le « Troisième Reich » enthousiasmer les masses et portent, à ce titre, une lourde responsabilité dans le chapitre le plus noir de l’histoire allemande. Mais les populistes modernes fournissent toujours (ou encore ?) des réponses simplistes, en partie même idéologiques aux problèmes de plus en plus complexes de notre réalité mondialisé.
Pourtant, il y a une réponse à ces tentatives de séduction. Il suffit de refuser, de dire non, et, dans de nombreux cas, il s’agit de résister. C’est souvent la conscience qui parle alors, qui nous chuchote de ne pas céder à la tentation. Notre boussole intérieure, ces valeurs (acquises) nous montrent où se trouve ce qui est pour nous juste, bon et vrai. Résister peut consister simplement à refuser une idée, à désobéir, à ne pas se couler dans le moule ou bien à s’opposer politiquement, voire même à embrasser le combat (parfois armé) contre l’injustice.
La frontière entre séduction, désobéissance et résistance n’est pas stable et évolue selon les époques et les sociétés dans lesquelles on vit. L’édition 2018 des RV de Weimar avec l’histoire se propose de jeter, une fois de plus, un pont entre les questions au cœur de notre actualité la plus brûlante et l'histoire afin de poser les questions suivantes : Pourquoi les théories du complot, qui semblent rendre des phénomènes ou des événements inexplicables plausibles, sont-elles si tentantes aujourd’hui ? Le populisme qui gagne aujourd’hui partout en force est plus ancien que notre système démocratique. Il s’agit donc de se demander si le populisme n’est pas « nécessaire » à la démocratie pour qu’elle soit en bonne santé. Quelle force eurent les propagandes de guerre, notamment à l’époque de la Guerre de Trente ans entre 1618 et 1648, et dans quelles sociétés la consommation déploie-t-elle le plus sa puissance tentatrice ?
Pour comprendre notre époque, ses multiples tentations et l’impératif, plus nécessaire que jamais, de résistance, il faut connaître notre histoire. C’est pourquoi nous vous invitons à venir en débattre avec nous à l’occasion des 10e RV de Weimar avec l’histoire !

Pour plus d’informations : www.weimarer-rendezvous.de
Entrée libre à tous les évènements.
Organisation : Ville de Weimar et Association des amis des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire